Tagliani perd son volant, mais reste positif

Marc-André Pelletier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Fort d'une pole et d'une cinquième place dans l'épreuve Nascar présentée en fin de semaine au Grand Prix de Trois-Rivières, Alex Tagliani a vu ses plans de carrière changer récemment, lui qui a appris qu'il n'était plus le pilote de confiance de l'écurie Barracuda Racing en IndyCar.

Déçu, Tagliani en a vu d'autres et bien qu'il affiche un réalisme résigné, il n'est pas du genre à baisser les bras.

«Je ne m'y attendais pas. On a eu plusieurs problèmes cette saison. Quand on a changé de moteur Lotus pour aller vers Honda la saison passée, on a été très compétitifs en fin de saison. On a rasé gagner trois courses et on a vraiment fait notre nom», se rappelle-t-il.

«Avec ces performances, tout le monde s'attendait à ce qu'on soit une équipe de pointe cette année, mais avec le changement de pneus Firestone, ça nous a déjoué et on n'a pas été capables de s'adapter», explique Tag.

Mais une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule.

«Ensuite, on a connu des problèmes mécaniques, on a eu des abandons. Quand on était rapides, on a eu plein de choses qui sont arrivées. Et l'équipe a rencontré des problèmes financiers», poursuit-il.

Et c'est connu comme Barabbas, l'argent mène le monde en course automobile.

«L'équipe se donne des opportunités pour essayer d'autres pilotes d'ici la fin de la saison. Je sais que je vais revenir dans la voiture d'ici la fin de l'année, mais je ne sais pas quand».

Qu'à cela ne tienne, du positif pointe à l'horizon, alors que celui qui ne s'est pas fait d'ami chez Dumoulin Compétition en fin de semaine courra tout de même le week-end prochain.

Dans une Ferrari, s'il-vous-plaît.

«Quand une porte se ferme, on dirait que trois s'ouvrent. J'aurai l'occasion de conduire une Ferrari à l'épreuve Rolex au Kansas en fin de semaine. Je ne pensais jamais que j'aurais la possibilité de conduire une Ferrari d'usine. J'ai vraiment hâte au week-end prochain pour essayer la nouvelle 458», sourit-il.

Malgré sa vaste expérience en course automobile, Alex Tagliani retiendra quelque chose de plus de cette saison.

«En ce moment, c'est évident qu'avec l'économie, c'est difficile de trouver des commandites. Alors, c'est important de ne pas se mettre dans des positions où tu deviens un siting dog (se sentir trop dans une zone de confort). Maintenant, la réalité, c'est que tu es exposé à devoir aider à trouver des commanditaires. J'ai appris. Je le saurai pour l'avenir», conclut-il, un brin d'amertume dans la voix.

Organisations: Ferrari, Dumoulin

Lieux géographiques: Kansas

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires