Le Défi Montréal-New York : une expérience surréaliste

Marie-Ève
Marie-Ève Dumont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Alexandra Martel et deux autres Terrebonniens dans son équipe ont relevé le défi

Un groupe contenant trois Terrebonniennes ont pris part au Défi Montréal-New York au profit de l’organisme Esprit de corps qui offre aux parents monoparentaux en situation précaire de vivre une expérience unique qui les pousseront à se dépasser.

Les 136 coureurs qui se sont relayés durant la fin de semaine ont réussi a amasser plus de 100 000$ afin de permettre à une cinquantaine de parents de bénéficier d’un soutien afin de se maintenir en santé et ainsi mieux faire face à des situations difficiles.

Esprit de corps offrira, avec le montant amassé, des sessions d’entrainement pour les familles étalées sur plusieurs mois. Des ateliers et témoignages pour les parents afin de les aider à mieux gérer des situations difficiles. Les familles recevront aussi des vêtements et des souliers afin de favoriser la pratique d’activités physiques, en plus de leur fournir un soutien financier pour la garde des enfants et les déplacements lors des sessions d’entrainement. Finalement, 15 parents auront la chance de relever le défi de la traversée en 2 jours de 5 sommets de la chaîne présidentielle, parmi lesquels le Mont Washington (New Hampshire, USA).

«Mon frère a pris part au défi l’an dernier et c’est lui qui m’a poussé à y participer. C’est vraiment une belle occasion de se dépasser physiquement et de soutenir des familles qui en ont bien besoin. Être en forme physiquement nous aide grandement à passer au travers de choses qui sont très difficiles psychologiquement. C’est vraiment ce que cherche à faire l’organisme», précise Alexandra Martel, une participante de Terrebonne.

Un entrainement rigoureux

Afin de se rendre jusqu’à Time Square, les coureurs ont dû prendre part à un entrainement rigoureux. Et pas besoin d’être en forme olympique pour réussir le défi, puisqu’Alexandre Martel et quelques-uns de ses coéquipiers ne l’étaient pas du tout. D’ailleurs, la jeune coureuse était une fumeuse avant de s’inscrire au défi.

«Nous n’étions pas nécessairement de grands coureurs. Nous avons simplement suivi l’entrainement de la fondation durant 16 semaines. Nous faisions beaucoup de jeux d’équipe, nous montions les 254 marches du Mont-Royal dix fois de suite, en plus de faire plus de 200 pompes, le tout dans un même deux heures. Nous avions aussi des devoirs à faire, 3 ou 4 courses par semaine et 2 à 3 sessions d’entrainement», raconte-t-elle.

Une expérience «surréaliste»

«C’est incroyable la force qu’a une équipe sur la performance et la motivation de quelqu’un. Les entraineurs couraient avec nous, nous étions bien entourés, des physiothérapeutes étaient sur place. Nous avons complété environ 90 km de course chacun, c’est impressionnant. Lorsque nous sommes arrivés à New York, c’est vraiment spécial, c’est difficile de trouver le bon mot pour décrire, c’est tellement surréaliste. Nous avons fait plus de 600 km en courant, il y a des avions qui font ce trajet-là. Il y avait tellement de gens qui se sont déplacés pour nous accueillir, nos familles, mais aussi des New yorkais qui nous ont suivis pour les 12 derniers kilomètres», souligne-t-elle.

Organisations: Time Square

Lieux géographiques: Défi Montréal-New York, New Hampshire, USA Terrebonne Mont-Royal New York

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires