Jean-Claude Poitras, la mode sous toutes ses coutures

Marie-Ève
Marie-Ève Dumont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le grand couturier québécois, Jean-Claude Poitras, a présenté une rétrospective de l'évolution de la mode au Québec et à l'international, tout en racontant son cheminement au sein de cette industrie particulière. (Photo:Armand Ohayon)

Des corsets aux mini-jupes en passant par les robes à paillettes jusqu'aux manteaux de fourrure. Le grand couturier québécois, Jean-Claude Poitras, a présenté une rétrospective de l'évolution de la mode au Québec et à l'international, tout en racontant son cheminement au sein de cette industrie particulière.

«Ma volonté est de présenter l'histoire de la mode puisque nous ne la connaissons pas du tout. Les gens me disent souvent que je suis le pilier de la mode au Québec, ce n'est pas vrai, il y a des gens bien avant moi, qui ont fait rayonner la province dans ce domaine», indique-t-il.

Le designer a présenté les différentes évolutions des styles dès les années 1950 jusqu'aux années 2000. Pour chaque décennie, il a présenté la réalité politique, économique et culturelle en Europe et aux États-Unis, tout en expliquant les tendances qui y étaient reliées. Les années 1950 se distinguaient par exemple, par la tradition et l'élitisme. Il fallait avoir beaucoup d'argent pour être habillé par les grands couturiers comme Chanel.

La décennie suivante a été marquée par de grands changements, c'est la naissance du prêt-à-porter et de la mini-jupe. Dans les années qui ont suivi, les styles se sont éclatés, les designers étaient plus audacieux jusqu'à ce que le look plus minimaliste revienne dans les années 1990. Finalement, dans les années 2000, on aperçoit un retour aux inspirations passées, on revisite les styles.

«Chaque décennie est une révolution. Même au Québec, la mode a suivi sa route avec la création d'écoles de la mode et la montée de grands designers», souligne M. Poitras.

«La mode se démode, le style jamais» - Chanel

Durant sa présentation, Jean-Claude Poitras n'a pas manqué de truffer d'anecdotes personnelles son récit. De ses premiers défilés de mode à l'église, jusqu'à sa première collection BOF, en passant par son emploi d'acheteur chez Eaton, il a raconté son cheminement au sein de ce monde, malgré sa timidité et l'étrange malaise qu'il ressentait vis-à-vis cette profession.

«J'ai longtemps entretenu un rapport amour-haine avec ce métier. Je me disais que la mode c'était superficiel, que j'aurais pu avoir un emploi beaucoup plus utile pour la société. Un jour, je suis allée voir Andrée Lachapelle pour la féliciter de sa performance et elle m'a dit que c'était grâce au costume que je lui avais confectionné qu'elle s'était sentie aussi à l'aise dans son personnage. Je me suis dit que mon travail était peut-être utile finalement», raconte-t-il.

Impliqué dans la région

M. Poitras est reconnu comme étant l'un de plus grands designers du Québec. Il s'implique grandement auprès des écoles de design puisqu'il croit grandement à la relève québécoise. Il côtoie d'ailleurs souvent la région, car il est impliqué au sein du département de design industriel du Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne. «J'ai eu le mandat de venir soutenir le programme dans la fabrication de meuble. Ils veulent présenter une nouvelle vague de mobiliers et je les aide dans l'élaboration de leurs œuvres», conclut-il.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Claudette Robidoux
    10 mars 2013 - 12:43

    Pour moi, vous êtes mon couturier favori. Vous habillez très bien la femme et elle a du style et du décorum. Chapeau et encore bravo! Claudette