En route avec les Gazelles

Renée-Claude Doucet
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Poussées par le désir de relever le défi d’une vie, motivées par une cause qui leur a permis de trouver leur voie, Marie-Christine Guay et Sandra Dallaire s’engageront sur la route des Gazelles, le 11 mars prochain. Au www.letraitdunion.com, les internautes pourront suivre les aventures des deux Moulinoises qui seront plongées au cœur du désert du Sahara, au Maroc.

En route avec les Gazelles

L’idée de participer au Rallye Aïcha des Gazelles mijotait dans l’esprit de Sandra depuis déjà cinq ans. L’envie de dépasser ses limites et de promouvoir la santé mentale interpellait la résidante de Lachenaie. Celle qui œuvre à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal souhaite lever le voile sur ce mal méconnu et trop souvent jugé à tort.

Afin de concrétiser son projet, Sandra a eu l’idée de demander l’aide de sa collègue et amie, Marie-Christine Guay. Cette Mascouchoise a travaillé pendant cinq ans dans le domaine de la déficience intellectuelle. Elle occupe désormais un poste d’éducatrice spécialisée à l’Institut Philippe-Pinel.

Épreuve de tolérance

Ensemble, Sandra et Marie-Christine affronteront la nature en utilisant leurs forces physique et mentales. «Nous sommes conscientes que ce ne sera pas facile. Il s’agit d’une grande épreuve de tolérance», souligne Sandra. Quoiqu’un peu inquiètes de quitter durant le temps de leur séjour, soit du 11 au 28 mars, conjoints et enfants (Sandra en a trois), les deux Moulinoises sont heureuses d’avoir l’occasion de vivre un événement entre femmes. En tout, 130 équipes participent à la course. «Nous serons assurément appelées à venir en aide aux autres concurrentes. La solidarité féminine sera au rendez-vous», mentionne Marie-Christine. Les deux femmes, qui se retrouveront pour la première fois dans le désert, confient se sentir un peu nerveuses face à l’inconnu. Elles ne semblent cependant pas avoir peur de quitter le confort de la banlieue. L’absence de cabinets sur le parcours et les lits improvisés en plein milieu du désert font partie intégrante de l’aventure. «Nous verrons en temps et lieu, commente Marie-Christine. Nous aurons certainement de drôles d’anecdotes à raconter.» Lors des moments difficiles, lorsqu’elles seront perdues ou aux prises avec un problème mécanique, par exemple, les deux comparses se sont juré de prendre le temps de s’arrêter, d’ouvrir grand les yeux et de profiter de la beauté du paysage. L’objectif qu’elles se sont fixé est de terminer parmi le classement des Gazelles qui en sont à leur première expérience. Soulignons qu’une participation pour une équipe de deux au Rallye Aïcha des Gazelles nécessite un investissement de 45 000 $. Sandra et Marie-Christine ont eu la chance de pouvoir compter sur la générosité d’un donateur anonyme en lien avec l’Institut Philippe-Pinel ainsi que de quelques commanditaires locaux. Près de la moitié du montant requis est remis à la fondation «Cœur des Gazelles». Celle-ci contribue au bon fonctionnement de programmes de santé, d’éducation et de réinsertion sociale auprès de la communauté marocaine. Pour en savoir plus, il suffit de visiter le www.rallyeaichadesgazelles.com.

Les Gazelles Sandra et Marie-Christine donnent rendez-vous aux internautes au www.letraitdunion.com dès la semaine du 9 mars. Sous forme de journal de bord, les deux aventurières raconteront leurs aventures et partageront leurs émotions au gré de leur parcours.

Organisations: Institut Philippe-Pinel de Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Sandra Dallaire
    27 mai 2010 - 09:08

    Merci René-Claude, j'aime beaucoup l'article!!!