Dossier de l’aéroport : la Ville de Mascouche somme l’APPAM de se rétracter

Marie-Ève
Marie-Ève Dumont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

(Photo:Armand Ohayon)

À la suite de la publication de l’article Aéroport de Mascouche : la régionalisation mise au rencart ? dans le Trait d’union le 20 octobre dernier, la Ville de Mascouche a fait parvenir une mise en demeure à l’Association des pilotes et propriétaires de l’Aéroport de Mascouche, ainsi qu’à son président, Jean-Daniel Cossette, et son secrétaire-trésorier, Yvan Albert, afin qu’ils se rétractent. Une fois cette condition remplie, les partis pourront de nouveau se retrouver autour de la Table de concertation afin de discuter de l’avenir de l’aéroport.

«Il est faux d’affirmer que la Ville n’a pas respecté son engagement, que la Ville s’est arrangée pour faire planter le projet de régionalisation et que le directeur général a sciemment orchestré une table de concertation avec de fausses intentions», peut-on lire dans un communiqué envoyé en primeur au Trait d’Union par la Ville de Mascouche.

La Ville y rappelle que la mise en place d’une étude destinée à évaluer la faisabilité d’une régionalisation de l’aéroport de Mascouche et son financement avait été décidée par les membres présents à la Table de concertation le 17 juillet dernier.

En ce qui concerne les lettres envoyées le 21 août dernier, dont celle adressée à Guillaume Tremblay, alors député de Masson, elles «ne faisaient que rappeler aux divers intervenants leur engagement à obtenir des fonds, ainsi que l’échéancier fixé au 15 septembre 2012», explique-t-on dans le communiqué. La Ville de Mascouche ajoute qu’elle n’a reçu aucun accusé de réception pour analyse et traitement approprié, tant du côté du bureau du député provincial, que fédéral.

La Ville de Mascouche réitère qu’elle est entièrement propriétaire des terrains de l’aéroport. «Bien qu’elle soit toujours tenue d’utiliser ces terrains à des fins municipales pendant qu’elle en demeure propriétaire, rien ne l’empêche de s’en départir et d’ainsi permettre de nouveaux usages sur ceux-ci», peut-on lire dans un communiqué.

Historique des événements

La Ville de Mascouche spécifie qu'à la suite de la rencontre du 17 juillet, au sein de laquelle siégeait Yvan Albert et Marco Laforest de l’APPAM, il avait été «convenu que tous les participants travaillent aux différents consentements financiers nécessaires à l’étude de régionalisation», au plus tard le 15 septembre 2012.

Elle assure que le directeur général, Claude Perrotte, s’est engagé à organiser une rencontre avec Guillaume Tremblay, député de Masson, Manon Perreault, députée de Montcalm, Claude Robichaud, directeur général du CLDEM, afin de discuter du financement de l’étude. C’est par la suite, le 21 août, que M. Perrotte leur a fait parvenir une lettre pour qu’ils considèrent la demande d’assistance financière.

La Ville mentionne qu’une réunion a ensuite eu lieu, le 30 août 2012. La députée fédérale et son attachée politique, ainsi que le directeur général du CLDEM y ont assisté. Le député provincial et son représentant ne se sont pas présentés à cette réunion. Tous les participants se sont alors entendus pour un retour au plus tard le 21 septembre, mais aucun retour n’a été fait.

Les élus se sont rencontrés en séance de travail, mardi dernier, et ce dossier se trouvait sur la table de discussion. Il a été établi qu’une «analyse préliminaire des droits des occupants, locataires et propriétaires voisins de l’aéroport de Mascouche est en cours. De plus, le conseil municipal a décidé de mandater une étude juri-comptable afin d’avoir une idée plus précise de l’achalandage des commerces du secteur et de leurs valeurs», lit-on également dans le communiqué. Le conseil pourra décider des avenues à prendre par la suite.

Diane Hamelin se dit ouverte

Après avoir pris connaissance des informations contenues dans le Trait d’Union la semaine dernière, la députée Diane Hamelin a fait parvenir une lettre à la Ville faisait part de son étonnement face à la situation. Mme Hamelin explique qu’elle ne pouvait pas entreprendre de démarches puisqu’au moment de recevoir la lettre, elle n’était pas encore assermentée. Elle souhaite que les intervenants soient convoqués de nouveau à la Table pour statuer sur un nouvel échéancier et ainsi, lui permettre de voir les possibilités budgétaires.

Organisations: Ville de Mascouche, Association des pilotes, Union par la Ville de Mascouche

Lieux géographiques: Le Trait, Mascouche, Masson Montcalm

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires