Richard Marcotte dresse un bilan positif de la dernière année à Mascouche

Marie-Ève
Marie-Ève Dumont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La reprise des procédures judiciaires ne changera rien à son implication à la Ville

Richard Marcotte est catégorique. Malgré toutes les allégations et accusations qui ont pris une place importante dans les médias cette année à Mascouche, il dresse un bilan positif de la dernière année en soulignant les dossiers qui ont été réglés, dont celui de l’aéroport de Mascouche, en plus des surplus au budget. Il soutient également que même si les procédures judiciaires le concernant reprennent le 10 octobre prochain, il entend poursuivre son travail de maire.

«Nous avons eu une année extrêmement active à Mascouche. Nous avons beaucoup de projets d’investissement que nous terminons. Plusieurs dossiers se sont enfin conclus, en plus de réformes administratives et de la popularité de nos activités», souligne-t-il.

M. Marcotte met d’abord la lumière du côté des infrastructures, cite le parachèvement de l’avenue de l’Esplanade ou encore la construction d’une nouvelle école.

Il précise également la conclusion du dossier Écolosol qui a permis d’obtenir une redevance dédiée à l’environnement pour le développement des parcs et espaces verts. Il mentionne aussi le règlement du dossier de l’aéroport de Mascouche. «Nous avons su la semaine dernière que nous avons obtenu gain de cause pour ce qui est de l’aéroport de Mascouche. Pour une fois, on va clairement dire, depuis sept ans que je me bats avec le conseil, que ça appartient aux contribuables de Mascouche, l’aéroport. Pas à quiconque d’autres et particulièrement pas au gouvernement», assure le maire.

Surplus et réforme administrative

«Au cours de la dernière année, nous avons connu de nombreux changements au niveau administratif ; de nouveaux directeurs aux ressources humaines, aux finances, aux travaux publics, entre autres. Ces nouveaux venus nous permettent d’innover et de donner un second souffle, une nouvelle orientation, qui va permettre à notre vision de mieux s’appliquer. Cette nouvelle équipe nous permet aussi de bien mettre en place notre nouveau règlement sur l’éthique et la déontologie», estime M. Marcotte. Le premier magistrat annonce également que la Ville aura un meilleur résultat financier en investissement en 2012 que l’année précédente. «On avait 153 millions en valeur de permis octroyés en 2011 et nous dépasserons le 160 millions cette année. Ce que ça veut dire, c’est que nous faisons du développement économique, que nous assurons des emplois chez nous, dans le tertiaire et dans le secondaire, précise-t-il. Les investissements commerciaux ont également été exceptionnels cette année. Nous avons donc pu consolider une situation financière avantageuse cette année, alors nous terminerons l’année avec un surplus». Durant la prochaine année, M. Marcotte entend être prudent en ce qui concerne les investissements, c’est-à-dire choisir les bons projets, aux bons moments. Il attend avec impatience le dépôt du Plan métropolitain d’aménagement et l’arrivée du Train de l’Est, qui sera selon lui un important levier économique. La valeur des propriétés à Mascouche a connu un bond important dans le marché. M. Marcotte confirme n’avoir toutefois pas encore discuté avec ses fonctionnaires pour déterminer si un changement du taux de taxation est nécessaire. «Notre intention n’est pas d’augmenter les taxes», assure-t-il par ailleurs.

Le procès reprend : aucun changement

Les procédures judiciaires suivant le dépôt des accusations contre M. Marcotte doivent reprendre au palais de justice de Joliette le 10 octobre prochain. Le maire affirme que son dossier devant la cour ne changera en rien sa présence aux séances du conseil et son travail à la Ville. «Je suis très heureux qu’il y ait des procédures et qu’il y ait la Commission Charbonneau. Je peux vous dire que jusqu’à maintenant, les rapports des différents ministères sur la Ville de Mascouche, ne sont pas tragiques. D’autre part, je pense qu’en ayant les procédures et la commission, le vrai débat est à la bonne place. Je pense que c’est d’être responsable que de respecter nos lois et si on a eu la démonstration de quelque culpabilité que ce soit, ce n’est pas aux gens dans une salle à porter jugement. Ce qui m’intéresse, c’est de faire valoir Mascouche et son avenir», conclut-il

Organisations: Commission Charbonneau, Ville de Mascouche

Lieux géographiques: Mascouche, Avenue de l’Esplanade, Train de l’Est Joliette

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Gilles Patenaude
    03 octobre 2012 - 17:21

    Richard Marcotte nous dit "ce n'est pas aux gens dans une salle à porter jugement" Hé bien Richard, ce sont les gens dans la salle qui paye votre salaire Monsieur. Ce sont les gens dans la salle qui ont le sentiment de s'être fait trompé, abusé et ridiculisé dans le Québec au complet. Votre sureté de vous-même et votre arrogance, risque peut-être de vous jouer un méchant tour... Vos amis libéraux ne sont plus au pouvoir, mais nous, nous sommes encore là! Gilles Patenaude

    • Magali
      09 octobre 2012 - 15:46

      En réponse à M. Patenaude... Sachez que je paie aussi le salaire de M. Marcotte. Malgré le fait que je ne sois pas dans les salles lors des conseils, la raison étant que ce sont toujours les mêmes 100 - 200 personnes(maximum) qui se déplace afin de faire de nous la risée dans les médias. Je préfère dons m'abstenir de m'y présenter, si vous fesiez de même peut-être que notre conseil pourrait procédé. Nous sommes dans un monde libre...donc libre à M. Marcotte de rester en poste à mon GRAND bonheur! Magali Baril