Tutelle à Mascouche : «Une opération politique du Parti québécois» – Richard Marcotte

Marie-Ève
Marie-Ève Dumont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lise Gagnon et Stéphane Handfield réagissent

L’annonce du Parti québécois de mettre la Ville de Mascouche sous tutelle ne fait pas que des heureux. En effet, le maire de Mascouche Richard Marcotte, et la conseillère Lise Gagnon, ne comprennent pas les motivations du parti pour agir d’une telle façon. Pour sa part, Stéphane Handfield préfère les gestes concrets au statu quo.

«Soit que le PQ ne comprend rien à la situation de Mascouche, soit qu'il veut simplement se faire du capital politique juste avant les élections et cela me déçoit beaucoup!», a déclaré la conseillère, Lise Gagnon dans une missive envoyée au Trait d’Union, jeudi matin.

«Il nous faut des élus qui auront dans leurs priorités de modifier la loi en toute urgence afin que toutes personnes élues n'aient plus la légitimité de siéger à son poste d'élu, si des accusations criminelles pèsent contre lui jusqu'à ce qu'un jugement de la cour le déclare coupable ou non. Il faut modifier le code d'éthique de la Commission municipale afin qu'une plainte soit recevable même si les gestes sont survenus avant l'entrée en vigueur du code d'éthique», soutient Mme Gagnon.

Questionné par le Trait d’Union sur cette annonce, le maire Richard Marcotte ne s’est pas dit inquiet de cette annonce. «Je pense qu’il s’agit d’une opération politique du Parti québécois. Nous avons déjà des règles et des lois qui sont bien faits et qui ont pris des années à s’établir. Ce qui m’importe, c’est de remplir mon devoir de maire et je suis inquiet que le Parti québécois mentionne que le Train de l’Est n’est pas important», croit-il.

Interrogé sur les rumeurs de faveurs de la part du gouvernement due au fait qu’il est un ancien candidat libéral, M. Marcotte mentionne qu’il n’en est rien. «Je n’ai jamais demandé ou eu de traitement de faveur de la part du gouvernement. Nous avons des lois qui ont été instaurées et nous les respectons», assure-t-il.

Mieux que le statu quo

Le chef du parti Vision démocratique de Mascouche, Stéphane Handfield, croit que ce n’est pas la solution idéale de mettre la ville sous tutelle, mais il s’agit à tout le moins d’une avenue. «Je pense que c’est déjà mieux que le statu quo. Chaque décision sera donc approuvée par la Commission. Le scénario idéal serait que M. Marcotte démissionne en novembre 2012 pour éviter de faire des élections avant celles de 2013», indique M. Handfield.

Organisations: Parti québécois, Union, Ville de Mascouche Commission municipale Vision démocratique de Mascouche

Lieux géographiques: Mascouche Richard Marcotte, Le Trait, Train de l’Est

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires