Exclusif : Richard Marcotte réagit pour la première fois depuis l’Opération Gravier

Marie-Ève
Marie-Ève Dumont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il annonce son retour définitif à toutes les séances du conseil municipal

Entrevue - deuxième partie

Entrevue - troisième partie

Entrevue - quatrième partie

Le maire de Mascouche Richard Marcotte a accordé une entrevue exclusive à TC Média après la tenue de la séance du conseil municipal. C’est la première fois que le maire s’adresse aux médias depuis son arrestation le 18 avril dernier. Selon lui, les gens qui le critiquent veulent seulement se faire du «capital politique» et il a la ferme intention de se présenter dorénavant à toutes les séances du conseil municipal.

«Je me suis présenté ce mois-ci parce qu’il y avait des éléments très importants à l’ordre du jour comme le dépôt des états financiers, les résultats de nos vérificateurs qui sont d’ailleurs très corrects et positifs. Ensuite, ce n’est pas la question des 90 jours comme beaucoup de médias l’ont rapporté, c’est une fausse information. J’ai le droit à cette extension-là jusqu’au 27 août», tenait-il à préciser.

Questionné sur les raisons de sa venue le 9 juillet et non le mois dernier, il a mentionné avoir agi de cette façon par motif juridique. Il assure par ailleurs qu’il poursuit toujours son travail même s’il ne se présente pas aux sessions de travail et aux séances du conseil. «Certaines personnes disent que M. Marcotte n’a pas fait de travail : c’est faux. Si vous regardez toutes les résolutions, tous les règlements d’emprunt comme l’école, j’ai été le signataire comme maire dans ces dossiers. Tous les jours, j’étais en contact avec le cabinet du maire et avec le directeur général de la Ville qui est en pleine action dans le développement de notre ville», confirme-t-il.

Il confie aussi son intention de présider les prochaines séances du conseil, malgré la réaction des citoyens qu’ils l’ont hué et l’ont sommé de partir lors de sa brève apparition à la séance. «Des citoyens qui disent nous représentons tous les citoyens. Je vous signale, quand on a des petites démonstrations de rue et on est 100-150, ça ne représente pas 45 000 personnes. Il n’y a aucun élément qui fait que je ne siègerai pas en entièreté lors des prochaines réunions et je serai présent au travail», tranche-t-il.

Il ne démissionnera pas

Selon M. Marcotte, les actions qui se déroulent dans la Ville, telle la marche qui a été organisée par le conseiller Jacques Tremblay la fin de semaine dernière pour permettre aux citoyens de manifester leur mécontentement, ne sont que des interventions venant des mêmes personnes. «Si vous regardez l’attitude de M. Handfield, bien appuyée par certains journalistes, ils sont quatre ou cinq à vouloir le poste de maire et à vouloir entamer une situation de campagne électorale. Nous sommes loin de la campagne électorale, mais je peux vous dire que le maire Marcotte garde et conserve son siège jusqu’en novembre 2013», soutient-il. Il stipule que certains intervenants lors des séances du conseil ne sont pas en droit de vouloir tout diriger et empêcher les élus de faire leur travail. «Ils ont le droit de s’exprimer, mais ils n’ont pas le droit, je pense, et la loi est claire, dans une salle où les élus sont responsables d’établir le cheminement critique d’administration d’une Ville (d’en empêcher le bon déroulement). Un tribunal populaire n’est pas une façon de faire par rapport au travail des élus dans l’exercice de la loi. La responsabilité des élus est de rester debout et d’attendre les vrais faits», renchérit-il.

Rapport du MAMROT

M. Marcotte lance un appel à la population. Il les invite à lire en entier le rapport du MAMROT qui s’est penché sur l’octroi de contrats par la Ville de Mascouche de janvier 2009 à octobre 2010, rapport qui se trouve d’ailleurs sur le site Internet de la Ville, afin de mieux cerner les tenants et aboutissants qui en découlent. «Je pense que les gens devraient le lire avec le communiqué de la Ville, en plus de l’entrevue qui a été réalisée avec le directeur général afin de porter un jugement. C’est bizarre que l’ensemble de tous les contrats soit conforme et personnellement, je trouve ça rassurant, en plus du directeur général et de l’ensemble du conseil qui est inclus dans le communiqué. Nous sommes sans doute la Ville la plus vérifiée, je suis très satisfait du rapport, nous devons toujours améliorer notre administration municipale, mais elle n’est pas en dehors de ce qu’on reconnaît dans plusieurs administrations municipales», précise-t-il.

Confiance en la justice

«Malgré ce qu’on dit, je n’ai pas encore été condamné à ce jour et j’ai entièrement confiance au système de justice. Je vais siéger jusqu’à la fin de mon mandat en 2013 et à ce moment les citoyens décideront ce qu’ils veulent selon la démocratie. De penser que nous sommes les rois de l’éthique pour certaines personnes, il faudrait d’abord se regarder dans le miroir», glisse-t-il.

Vie personnelle

Ce que M. Marcotte trouve difficile dans cette histoire, ce sont les attaques personnelles. «Ça ne me dérange pas de me faire huer, de voir la réaction des citoyens comme ce soir, ni de me faire pousser par les journalistes. Ce que je déplore c’est que les médias s’en prennent à ma vie personnelle. C’est très difficile pour ma famille, vous savez, c’est ce qui m’atteint le plus. Certains journalistes confondent la vie privée et la vie publique, certains d’entre eux font du harcèlement sur le plan privé. Politicien ou famille de politicien, nous sommes des humains. Certains individus ne respectent pas ça beaucoup, on en a subi mon épouse et moi. Je crois qu’on ne mérite pas ça, on doit s’attarder au contenu des vrais dossiers», conclut-il.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jean Tacher
    10 juillet 2012 - 17:00

    Incroyable... Comme si de rien était ! Des phrases toutes faites pour qui ?

  • Louise Lareau
    10 juillet 2012 - 15:57

    Monsieur Marcotte n'explique pas du tout pourquoi il s'est fait arrêter! Pourtant, les policiers l'ont arrêté, et amener au poste de police. Et selon certains journalistes, ce serait en lien avec des contrats frauduleux... Alors, s'il veut garder son poste de maire, il devrait expliquer à la population de Mascouche pourquoi il va devoir aller au Tribunal prochainement. C'est sûrement pas pour rien!