La grande famille des zombies

Baptiste
Baptiste Zapirain
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le zombie : une créature qui gagne à être connue

Alors que la cinquième Marche des zombies dans le Vieux-Terrebonne se prépare (voir encadré), le comité organisateur a bien voulu nous expliquer les origines de ces créatures.

«Il existe plusieurs définitions du zombie, selon les cultures», explique Martyn Cecere. «Dans les croyances vaudou des Antilles, il s’agit d’un fantôme, d’un revenant. La mythologie vaudou fait également écho à un Dieu-serpent. Une autre définition le décrit aussi comme un corps réanimé qui se nourrit de chair humaine». Cette description est la plus populaire. Au fil des récits divers (films, romans, jeux vidéo), quatre types de zombies ont fini par se distinguer. Peut-être cela donnera-t-il des idées de déguisement ?

Zombie vaudou

Il s’agit d’une personne normale victime d’un houngan (prêtre vaudou), qui à l’aide d’une drogue suspend complètement les sensations et les mouvements volontaires de sa proie. Cette personne passe alors pour morte, elle est enterrée, et c’est environ 24 heures plus tard que l’houngan vient déterrer sa victime. Il lui fait boire un antidote en formulant plusieurs incantations qui la sortent de sa léthargie. Mais le pauvre diable est maintenant réduit à l’esclavage et a perdu toute volonté.

Zombie de cimetière

On l’appelle communément mort-vivant. Les morts sortent de leurs tombes et cherchent à attaquer les humains, dont ils veulent manger le cerveau. Ce type de manifestation se produit habituellement après une tentative de magie qui tourne mal ou une malédiction.

Zombie viral

C’est un être humain infecté par un virus : pollution, évolution d’une autre maladie, voire une arme biologique conçue dans le plus grand secret par un État malfaisant ou une compagnie privée sans scrupule (l’envie de dominer le monde n’est jamais très loin…). Cette infection mène inévitablement à une quarantaine, une épidémie, une pandémie, et, ultimement, au carnage. La contamination est cependant propre à chaque situation : la transmission du virus peut s’effectuer par les fluides, par la morsure ou l’inhalation directe. Certaines personnes sont immunisées, les chanceuses.

Zombie hollywoodien

C’est sans aucun doute le plus dangereux, puisqu’il n’a de limite que l’imagination du scénariste. Il peut être vaudou, de cimetière ou viral. Ses capacités peuvent changer, évoluer ou même muter. Certains sont capables de courir très vite, d’autres communiquent avec leurs semblables, sont dotés d’une certaine intelligence et peuvent même être mixés avec une arme. Évitez d’en croiser.

Marche des zombies le 27 octobre à Terrebonne

Pour une seconde fois, le Site historique de l’Île-des-Moulins se joint aux organisateurs de la Marche de zombies qui aura lieu dans les rues du Vieux-Terrebonne le samedi 27 octobre à 20h. La Marche des zombies se veut avant tout un rassemblement pacifique et qui se déroulera dans la bonne humeur. Les gens sont invités à se déguiser en zombies et à adopter un comportement de mort-vivant le plus crédible possible, sans toutefois tenter de faire peur aux personnes et enfants non-réceptifs à l’esprit de la marche. Le déambulatoire qui parcourra les rues du Vieux-Terrebonne démarrera depuis le pont de bois à l’entrée de l’Île-des-Moulins. Des animations sont prévues le long du parcours, faisant allusion, cette année, à l’incendie du Vieux-Terrebonne en 1922 (des morts-vivants auraient-ils échappé au drame?). Le comité organisateur espère attirer un millier de participants. Participer ou assister à cette marche est gratuit.

Organisations: Dieu-serpent

Lieux géographiques: La Marche, Antilles, Cimetière On Site historique de l’Île-des-Moulins

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires