Trois sujets d’actualité locale commentés par Jean Lapierre

Richard
Richard Cloutier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

«Je fais confiance à la justice et pour le reste, la démocratie s’en occupe. Il y a toujours un rendez-vous avec la population», énonce-t-il.

TC Média a mis à profit le passage à Mascouche du célèbre chroniqueur et analyste politique Jean Lapierre afin de solliciter son opinion sur différents sujets touchant l’actualité locale. M. Lapierre, qui était un invité d’honneur lors du lancement officiel des activités de Chic communications, mardi, a pris part à l’exercice avec toute la verve et l’enthousiasme qu’on lui connait.

La situation du maire Richard Marcotte

«C’est probablement par déformation professionnelle d’avocat, mais je crois en la présomption d’innocence et je suis contre les démissions qui seraient juste liées à des accusations. À ce moment-là, tu payes quand même le prix. Il y a deux choses : l’opprobre public, puis vient toujours un jour où la démocratie va pouvoir se prononcer. Donc moi, avec ces deux éléments, je trouve qu’il faut respecter la présomption d’innocence. Autrement, il n’y a plus rien qui tient dans notre société. Je suis donc un partisan de cela, comme je suis un partisan de la charte des droits. J’avais la même position la semaine dernière quand les gens demandaient la démission du maire de Montréal. Tu ne peux pas démissionner sur des allégations d’un premier témoin dans une commission d’enquête qui va durer deux ans. Je fais confiance à la justice et pour le reste, la démocratie s’en occupe. Il y a toujours un rendez-vous avec la population.» «Je suis convaincu qu’il y a un impact», a ensuite souligné Jean Lapierre au sujet du déroulement des activités au conseil de ville. «Ça fait partie des risques. Je suis certain qu’il y a un impact, et pour la réputation de la ville aussi. C’est clair. Mais le public pourra juger ça en temps et lieu. Il reste un an avant le rendez-vous électoral et la justice est lente. On a de la misère à avoir des réponses. Pour le reste, je suis certain que ce n’est pas confortable.»

La commission Charbonneau

«Le problème avec une commission d’enquête, c’est qu’au lieu d’avoir une présomption d’innocence, tu as une présomption de culpabilité. C’est pour ça que c’est vraiment le dernier instrument à utiliser, une fois que tu as utilisé tous les autres moyens. Mais je pense qu’on était rendu là et moi j’ai résisté longtemps, parce que j’aime mieux le travail de la police. Il y a toutefois un prix à payer et c’est le fait qu’avec les informations qui circulent rapidement dans les médias, tu es jugé aujourd’hui. Je ne connais pas grand monde qui vont attendre de lire le rapport pour se faire une opinion. L’opinion est immédiate et ça, c’est dangereux. Par exemple, on a déjà une opinion sur tout ce qu’a dit Lino Zambito, sans même qu’il ait été contre-interrogé. C’est un instrument extrêmement dangereux, puissant et en même temps, c’est le dernier recours.

La démission du procureur en chef de la commission Charbonneau

«Certains doutes ont été soulevés à mon sujet quant à de possibles apparences de conflits d'intérêts dus à d'anciens dossiers n'ayant aucun rapport avec le mandat de la Commission», écrivait mardi Sylvain Lussier, dans un communiqué par l’entremise duquel il confirmait renoncer à son rôle de procureur en chef de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction. Le matin même, les enquêteurs de l’escouade MARTEAU de l’UPAC perquisitionnait les bureaux de l’entreprise Asphalte Desjardins de Terrebonne, une société qui en 2008, a été représentée par Me Lussier.

«Je le connais très bien, il était étudiant en droit à l’Université d’Ottawa en même temps que moi, Sylvain Lussier. Je pense qu’il a fait la bonne chose pour protéger la crédibilité de la commission Charbonneau. Surtout après la descente d’aujourd’hui. Il aurait été questionné tout le temps à ce sujet-là et ça aurait mis en péril la crédibilité de la commission. C’est un sacrifice qu’il a fait et c’est de valeur parce que c’est un des meilleurs avocats de la profession. Mais je pense qu’il a bien fait de le faire.

Organisations: TC Média, Commission Charbonneau, Commission d’enquête Chic communications Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics Asphalte Desjardins de Terrebonne Université d’Ottawa UPAQ

Lieux géographiques: Mascouche, Montréal, Lire Terrebonne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires