Contribution santé : les députés de Masson et Terrebonne réagissent

Richard
Richard Cloutier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les députés de Terrebonne et de Masson, Mathieu Traversy et Diane Gadoury-Hamelin, se disent déçu de «l’attitude des partis d’oppositions dans le dossier de la taxe santé qui aura finalement forcé le gouvernement à renoncer à son abolition afin de ne pas replonger le Québec en campagne électorale».

«La CAQ et les libéraux ont clairement dit qu’ils voulaient collaborer et faire avancer le Québec avec nous, et à la première occasion, ils nous poussent à reculer sur une proposition qui visait à redonner de l’oxygène aux contribuables de la classe moyenne. Comme nous sommes minoritaires en Chambre, il semble qu’on ne pourra pas annuler la taxe santé comme nous le voulions au départ. Entre déclencher une élection ou faire un compromis, on a décidé d’être un gouvernement responsable. Si les partis s’étaient entendus, on n’en serait pas là!» mentionnent les députés de la MRC les Moulins.

«La proposition rendue publique aujourd'hui respecte l'esprit de notre engagement électoral, à savoir redonner de l'oxygène à une partie des familles de la classe moyenne, rétablir une progressivité et une équité dans la contribution de chacun au financement de nos soins de santé, et ce, sans incidence sur les finances publiques. La solution présentée aujourd'hui en est un très bon exemple : elle représente la meilleure solution et un compromis raisonnable et acceptable pour l'ensemble des Québécois», souligne Mathieu Traversy, député de Terrebonne et leader adjoint du gouvernement.

Pour sa part, la députée de Masson précise que cette nouvelle mesure allégera le fardeau fiscal de près de 3,1 millions de Québécois : «Prenons le cas de deux parents qui gagnent chacun 39 000 $, pour un revenu familial annuel de 78 000 $; ces gens ne paieront que 100 $ chacun, ce qui leur fait tout de même une économie de 200 $ par famille. De leur côté, les mieux nantis de notre société devront contribuer davantage puisque ce sont 400 millions de dollars qui seront demandés aux plus fortunés afin d'exempter les contribuables à faible revenu du paiement de la contribution santé et de réduire ainsi la contribution d'une partie importante de la classe moyenne», explique Mme Gadoury-Hamelin.

«Un gouvernement majoritaire aurait aboli la taxe santé, mais en raison du refus de collaborer des partis d’oppositions, nous devons nous contenter de moduler la contribution. Malheureusement, de nombreuses familles du Québec devront payer le prix de l’intransigeance et de l’irresponsabilité des caquistes et des libéraux», ont-ils conclu.

Organisations: Chambre, MRC

Lieux géographiques: Masson, Terrebonne, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires