Aéroport de Mascouche : le CLDEM attend que le téléphone sonne

Richard
Richard Cloutier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’avenir de l’aéroport sera bientôt au menu d’une table de concertation

Mascouche a autorisé, le 16 janvier, la création d’une table de concertation dont le mandat sera d’évaluer différents scénarios touchant la vocation de l'aéroport de Mascouche. Pour ce faire, elle se référera principalement aux cinq scénarios développés dans l’étude réalisée en 2010, par la firme indépendante Explorer Solutions.

«Plutôt que de dire que le progrès passe par des Smartcentres, il me semble qu’il faudrait faire la promotion de ce qui permet à une municipalité d’avoir des créneaux distinctifs, et de penser à des plans de développement», exprimait dans nos pages, la semaine dernière, l’ancien député de Masson, Luc Thériault.

De fait, parmi les scénarios qu’étudiera la table de concertation, deux de ceux-ci impliquent le maintien et le développement des activités de l’aéroport. TC • Média s’est intéressé à la question et a obtenu l’opinion de différents acteurs de la scène économique et politique locale.

Guillaume Tremblay, député de Masson

«J’ai toujours eu une position assez claire sur l’aéroport. Une ville n’est pas juste là pour aller chercher des taxes. Elle doit aussi amener des fiertés à sa communauté. L’aéroport fait partie de notre patrimoine et de l’histoire de notre ville», exprime l’actuel député de Masson, Guillaume Tremblay.

«J’ai lu dans les médias qu’une table de concertation sera mise sur pied d’ici peu et c’est une bonne chose. J’ose espérer qu’on va faire partie de ce comité et de la solution», signale le député Tremblay.

«Ça va être aux intervenants du milieu à défendre chacun leur point de vue. Toutefois, je ne pense pas que ce soit le rôle d’un conseil de ville ou celui d’un député de décider de l’avenir et de la vocation de l’aéroport. Il m’apparaît clair que la population devrait être consultée», suggère-t-il.

Guillaume Tremblay ajoute : «Je ne sais pas de quelle manière la population pourrait être consultée, je laisse cette réflexion à la municipalité de Mascouche, mais je pense que l’aéroport peut faire partie intégrante de notre communauté. Il faut conserver nos acquis.»

Claude Robichaud, du CLDEM

«On n’a pas de position officielle sur ce sujet-là, parce qu’on n’a pas été invité à prendre part à la dernière démarche qui consistait à faire une étude, et dont le rapport a été déposé en 2010», indique Claude Robichaud, le directeur général du Centre local de développement économique des Moulins (CLDEM).

«(...) dans cette initiative, il reste au maître d’œuvre de déterminer si on doit intervenir et si oui, comment.» Claude Robichaud, Directeur général du CLDEM

«On n’a donc pas récemment actualisé notre pensée, mais la corporation a déjà eu l’occasion de se pencher sur le sujet», ajoute M. Robichaud, qui évoque un mandat rempli à la demande de la ville de Mascouche il y a de nombreuses années.

«À ce moment-là, il était difficile d’aller plus loin au chapitre de l’impact économique de l’activité aéroportuaire, car la longueur de la piste contraignait la chose, tout comme la question entourant le vol de nuit», mentionne-t-il.

Claude Robichaud ajoute : «Maintenant, les choses évoluent. Doit-on encore considérer les mêmes paramètres? Je ne peux le dire. Où en sommes-nous avec les perspectives de développement liées à l’aéroport? Est-ce que l’étude à laquelle je n’ai pas été partie prenante donne de nouveaux arguments ou de nouvelles perspectives? Chose certaine, que ce soit exploité comme aéroport ou autrement, il y a une belle valeur là. L’emplacement, à l’intersection de deux autoroutes, est très intéressant et il faut trouver la meilleure façon de le valoriser.»

Est-ce que le CLDEM sera invité à prendre place à la table de concertation mise sur pied par Mascouche?

«C’est la ville qui est le maître d’œuvre de cette initiative. Aussi, je laisserai le soin à la ville de voir qui elle veut inviter à prendre part à cette réflexion», répond prudemment M. Robichaud.

«On ne veut pas s’immiscer à l’intérieur des intentions de la ville. Évidemment, compte tenu de notre mandat et du fait qu’on travaille dans une perspective de développement économique, autant pour la ville de Mascouche que pour celle de Terrebonne, nous serions réceptifs à l’appel. Mais dans cette initiative, il reste au maître d’œuvre de déterminer si on doit intervenir et si oui, comment», ajoute le directeur général de l’organisme.

Jean-Marc Robitaille, préfet de la MRC Les Moulins

Également appelé à commenter la situation, le préfet de la MRC Les Moulins, Jean-Marc Robitaille, n’a pas donné suite à l’appel lancé par TC • Média. Par l’entremise d’un porte-parole, il a évoqué le fait «qu’il s’agit d’un dossier municipal.»

Le relationniste ignorait si la MRC Les Moulins, dont la vocation concerne l’aménagement du territoire et son développement économique, sera amenée à siéger à la table de concertation.

Organisations: Explorer Solutions, Centre local

Lieux géographiques: Municipalité de Mascouche, Masson, Terrebonne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires