Le prix à la pompe plus élevé pendant les vacances?

Guillaume
Guillaume Lepage
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La page du CAA consacrée au prix de l'essence.

Au cours des deux dernières semaines, l’Hebdo s’est penché sur la variation des prix de l’essence dans les différentes villes de la MRC de L’Assomption. Même si les données observées n’ont rien de scientifique, il est possible d’en tirer quelques conclusions.

La première observation tend à confirmer la croyance populaire selon laquelle les pétrolières montent le prix de l’essence à l’arrivée des vacances de la construction. Du 15 au 20 juillet, le prix à la pompe variait entre 133,4 $ et 135,4 $ alors que le prix réaliste diffusé sur le site Internet du CAA-Québec variait, quant à lui, entre 133,4 $ et 134,2 $.

Le 21 juillet, soit à la veille du début des vacances de la construction, le prix a bondi de six sous à plusieurs endroits dans la MRC sans que le prix réaliste bouge. Le relationniste du CAA-Québec, Cédric Essiminy, explique que le Québec n’est pas un assez gros marché pour avoir une influence sur la valeur boursière de l’essence raffinée.

« Comme l’été est la période des grands déplacements, il est certain que la demande en essence est plus forte qu’à tout autre moment de l’année. Toutefois, lorsque le prix varie, c’est en fonction de la demande de l’Amérique du Nord et non seulement à cause du Québec », dit-il. Cependant, il ajoute qu’il n’est pas rare de voir les prix grimper lors des longs congés, et que les pétrolières ne le font pas systématiquement, mais bien en fonction du marché.

Des différences entre les municipalités

L’Hebdo a aussi pu constater qu’il y avait des variations de prix importantes entre les municipalités de la MRC qui sont souvent situées à moins d’une quinzaine de kilomètres l’une de l’autre.

La plus grosse différence a été observée le 23 juillet. Les stations-service de Repentigny vendaient l’essence à 137,4 $ alors qu’à L’Épiphanie, on l’affichait à 133,4 $. M. Essiminy explique ces différences par la marge dont disposent les détaillants. Cette marge représente la différence entre le prix à la pompe et le « prix du gros ». Les détaillants s’en servent pour couvrir les frais d’entretien et de ressources humaines, le reste représente une source de profits.

« Il y a souvent de l’abus sur cette marge. Lorsque cette dernière est trop élevée pendant un long moment, le CAA se doit d’intervenir en informant les automobilistes, les ministres et les différentes autorités », ajoute-t-il.

Le relationniste déplore aussi les hausses vertigineuses et répétitives qui prennent les consommateurs par surprise. Selon lui, celles-ci ne se produiraient pas si les détaillants suivaient les indicateurs pétroliers de façon plus rigoureuse. De cette manière, le prix à la pompe resterait pour le moins constant et semblable d’une ville à l’autre.

On peut consulter le www.caaquebec.com/infoessence pour prendre connaissance du prix réaliste selon les différentes régions du Québec.

----

Lisez aussi Cessons de jouer au yoyo

Organisations: MRC, CAA-Québec, CAA

Lieux géographiques: Québec, MRC de L’Assomption, Amérique du Nord Repentigny L’Épiphanie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires