Une «incertitude» qui coûte cher a l’aéroport de Mascouche

Jean Numa
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

«Il est temps de mettre fin à cette menace constante, je dis bien constante, de fermeture et de vente de l’aéroport», martèle José Veronneau, président de la Corporation de l’aéroport de Mascouche.

Une «incertitude» qui coûte cher a l’aéroport de Mascouche

M. Veronneau tenait, mercredi dernier, une conférence de presse dans l’un des hangars de l’aéroport. Des pilotes de l’Association professionnelles (APPAM), des personnalités politiques et des Mascouchois sont venus défendre l’idée de développer l’aéroport plutôt que de le fermer.

Un développement qui peine à démarrer en raison d’une incertitude qui pèse lourd sur l’avenir de la corporation. «Plusieurs tractations et procédures judiciaires ont fait que cette vente-là a échoué, explique José Veronneau, mais on est quand même sous la menace de fermeture et, à cause de cela, on ne peut rien faire comme développement.»

La Cour Supérieur du Québec s’est saisie d’une requête en injonction qui suit son cours normal. Le tribunal tente de déterminer actuellement les règles du jeu entre la Ville de Mascouche et le gouvernement du Québec dans ce dossier.

Autofinancement

Plusieurs investisseurs songent à investir dans des activités économiques autour du site.

«Les gens veulent, par exemple, construire des hangars, révèle le président de la Corporation, on est obligé de leur dire non, car la Ville refuse de procéder à quelque développement que ce soit».

Pourtant, tout va pour le mieux depuis huit ans. Depuis février 2002 en fait avec la prise en main de l’aéroport par la Corporation de l'Aéroport de Mascouche, une société à but non lucratif formée et administrée bénévolement par les usagers. «La Ville n'a plus à débourser un sou pour le maintien de l'activité aéroportuaire», lance fièrement José Veronneau.

Au total, environ 60 000 mouvements par an sont enregistrés autour de l’aéroport. Il s’agit de l'un des aéroports au service de l'aviation générale des plus actifs au Canada avec plus d'une centaine d'aéronefs stationnés en permanence. Une quinzaine de commerces opèrent sur le site et génèrent des dizaines d’emplois. Une centaine de pilotes professionnels francophones y sont formés chaque année par quatre écoles, dont la société Cargair. En raison de sa proximité avec l’hôpital Pierre-Le Gardeur «Il pourrait être d'une précieuse utilité pour les évacuations médicales».

Le député de Masson Guillaume Tremblay ainsi que le député de Moncalm Roger Godette promettent d’aller chercher des subventions «qui existent déjà» au niveau des deux paliers gouvernementaux. «La balle est dans le camp de la Ville, estime aujourd’hui Guillaume Tremblay, qu’ils fassent sortir une résolution pour nous appuyer et nous on va chercher des sous à Québec et à Ottawa.»

Organisations: Association professionnelles, APPAM, Cour Supérieur du Québec Ville de Mascouche Corporation de l'Aéroport de Mascouche Cargair

Lieux géographiques: Mascouche, Québec, Canada Hôpital Pierre-Le Gardeur Ottawa

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • monique lebeau
    27 mai 2010 - 09:08

    Bonjour Ca fesait un bon bout de temps que je cherchait a émettre mon comentaire.Moi je demeure a Mascouche dans les nouveau condo tout pres de l aéroport et avant je demeurait a Lachenaie tout pres du dépotoire et j était bien au courant de tout ca et j ai habité c est 2 endroit quand meme quant tu sait qu il va y avoir des choses a un moment ou un autre qui vont te derangé bein tu n as tout simplement pas a déménagé pres de ses places ce n est pas a l aéroport de bougé c est au mécontent de le faire Encore une bonne raison pour M Marcotte de faire parlé de lui et j espere que ca ne fera pas comme les taxes et qu il prendra la bonne décision moi en ce qui me concerne les autorités devrait surveillé les gens qui font du bruit dans les rue tranquille avec leur silencieux modifié a toute heure du jour ca c est bien plus fatiguant et avec ca ils y mette la vitesse mais ca je supposé que c est moins dérangeant Merci c est mon oppinion et je la respecte Monique Lebeau

  • Jonathan Beauchesne
    27 mai 2010 - 09:08

    De nombreuses personnes sont prêtes à investir à l'aéroport de Mascouche. Ce site a un potentiel économique extraordinaire ! On ne parle pas ici d'amener plus d'avions, mais tout simplement de créer des entreprises de service (restaurant, auberges, services d'entretien, etc.) qui amèneraient une activité économique fort intéressante autour de l'aéroport. En combinant l'aéroport au futur train de banlieue, Mascouche serait une des seules villes d'Amérique du Nord où on peut rejoindre le centre-ville d'une métropole en train à partir d'un aéroport régional. Ce n'est pas rien ! Si les élus de la ville de Mascouche peuvent cesser les tractations judiciaires et travailler de concert avec la Corporation de l'aéroport de Mascouche et l'Association des pilotes et propriétaires de l'Aéroport de Mascouche afin de lancer le développement du site, les Mascouchois pourront être fiers d'avoir un des seuls aéroports régionaux multi-modales du continent !