Rick Bain, l’agresseur présumé du Metropolis, parlait très bien français et n’a pas tenu de propos intolérants envers les francophones

Brigitte
Brigitte Bertrand
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dans les minutes qui ont suivi la publication de notre article sur l’identité de l’agresseur de la nouvelle première ministre du Québec, le site web www.lesactivitesrick.com,de Richard Bain, suspect détenu en marge de l’attentat qui a causé la mort d’une personne, a été suspendu.

Rick Bain, au volant du camion militaire utilisé pour mener ses clients sur le site de leur pêche.

Un cinéaste de Mont-Tremblant qui a requis l,anonymat a aussi rencontré M. Bain : « Il m’a sollicité pour que j’aille faire un film sur sa pourvoirie. Il parlait très bien français et n’a pas tenu de propos intolérants envers les francophones », signale-t-il. De plus, Bain est déjà venu rencontrer les journalistes de Point de vue Laurentides pour faire la promotion de son entreprise.

Pas de casier, mais des constats d’infraction

L’homme, qui aura 62 ans le 8 septembre, n’a pas d’antécédents judiciaires, mais il a écopé d’au moins trois constats d’infraction au cours des dernières années. Il a été arrêté en octobre 2009 pour avoir franchi une ligne de démarcation simple sur le chemin du Village à Mont-Tremblant. Une heure plus tard, les policiers de la Mont-Tremblant l’arrêtaient à nouveau pour avoir fait crisser les pneus de son véhicule sur la voie publique, au coin de la montée Ryan et le chemin Duplessis. Il a reçu une amende de 300$ en mai 2011 parce qu’il n’avait pas payé les frais d’immatriculation de son véhicule.

Rappelons que l’agresseur a causé la mort d’un technicien du Métropolis et en a blessé un autre gravement avec une arme à feu. Il a aussi mis le feu à l’arrière du bâtiment pendant le discours de Mme Marois. Les téléspectateurs ont pu assister en direct à la scène qui a consterné les analystes, journalistes et commentateurs des différents médias présents lors de l’allocution de Mme Pauline Marois, peu après sa victoire officielle. Les gardes du corps de la nouvelle Première ministre n’ont pas hésité un instant à l’évacuer de la scène, devant les yeux incrédules de ses partisans. On ignore pour l’instant ce qui a poussé l’homme à commettre son geste désespéré. D’autres détails à venir.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires