L’hôpital Pierre-Le Gardeur perd six postes d’omnipraticiens

Baptiste
Baptiste Zapirain
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’établissement ne peut embaucher pour compenser

Le processus date de plusieurs semaines, mais c’est ce lundi 30 juillet qu’on a appris la nouvelle : l’hôpital Pierre-Le Gardeur de Terrebonne a perdu l’équivalent de six postes de médecins omnipraticiens.

Plusieurs d’entre eux ont en effet, non pas démissionné, mais réduit leur activité à l’hôpital, pour consacrer du temps en clinique médicale. En clair, ils vont également exercer en tant que médecin de famille.

Le docteur Hoang Duong, président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CSSS du Sud de Lanaudière, indique que c’est une conséquence de la politique gouvernementale qui vise à augmenter le nombre de médecins traitants au Québec. «Le gouvernement et la Fédération de médecins omnipraticiens ont voulu favoriser l’accès des Québécois à un médecin de famille. Les médecins de notre hôpital ont répondu à la demande du gouvernement d’augmenter leur activité en clinique médicale.»

L’hôpital ne peut pas embaucher

Parmi la soixantaine d’omnipraticiens dans les rangs de l’hôpital, le nombre de médecins qui ont répondu à l’appel n’est pas connu : on sait simplement que la réduction de leur temps de travail à l’hôpital équivaut à une perte de six postes à temps plein pour l’établissement de santé. Il s’agirait, selon Dr Hoang Duong, pour chacun d’eux d’initiatives personnelles. Le gouvernement a envoyé dans tous les hôpitaux du Québec des mesures encourageant les médecins omnipraticiens à exercer en clinique médicale, mais n’impose rien.

Il ne s’agit pas non plus d’un geste collectif protestant contre les conditions de travail. Tout du moins, Hoang Duong tempère cette idée. «Le climat de travail n’est pas mauvais à l’hôpital Pierre-Le Gardeur. Par contre, c’est vrai qu’on ne manque pas de travail.» D’ailleurs, sitôt notre entretien terminé, le docteur filait dans les couloirs pour s’occuper de patients en attente.

Et pour cause : pendant que le gouvernement incite les omnipraticiens à exercer en clinique médicale, les hôpitaux n’ont pas le pouvoir d’embaucher pour compenser la réduction de leurs effectifs. «C’est bien d’augmenter le nombre de médecins de famille. Le problème, c’est que l’hôpital n’est pas libre de son recrutement. C’est le gouvernement qui décide», précise Dr Hoang Duong. «Alors que dans la région Lanaudière, il nous manque déjà des médecins.»

Le problème, c’est que l’hôpital n’est pas libre de son recrutement. C’est le gouvernement qui décide. Dr Hoang Duong

Réorganisation des services

Du coup, pour pallier à cette réduction de personnel, l’hôpital se réorganise comme il peut. Pas le choix. Un projet «infirmière-tandem» est actuellement mis en place : il consiste jumeler une infirmière avec un omnipraticien. «Les deux travailleront ensemble pour évaluer et soigner le patient», précise le président du Conseil des médecins du CSSS du Sud de Lanaudière.

Autre initiative : des groupes de médecins d’urgence ou de spécialistes vont venir prêter main forte à leurs collègues omnipraticiens.

N’ayant pas le pouvoir de recruter, l’hôpital se réorganise donc, mais espère un hypothétique feu vert du gouvernement pour embaucher. Le message du Dr Hoang Duong est très clair : «nous avons absolument besoin de médecins.»

Mais le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a plutôt réagi en relativisant les faits. «Il y a des médecins qui réorientent leur pratique et en vieillissant, ils accordent plus de temps à leur clinique. Chaque année, c'est comme ça.»

Le ministre a ajouté que «le CSS de Le Gardeur, c'est un gros CSS. Ce n'est pas inhabituel. Il n'y a pas un hôpital auquel ça n'arrive pas. Pour moi, ce n'est pas un enjeu. Ça arrive normalement à ce temps-ci de l'année. Ce qui compte, c'est qu'ils continuent à pratiquer dans le réseau.»

Organisations: Hôpital Pierre-Le Gardeur de Terrebonne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires